S’il m’arrive de moins en moins souvent de me sentir comme une extra-terrestre avec mes idées féministes (merci entre autre à ce blogue et au fait que je ne fréquente plus l’école secondaire) il est un sujet sur lequel je continue à être souvent seule dans mon coin du ring: le double nom de famille aux enfants.

Pour moi, c’est impératif, indiscutable, que mes enfants portent mon nom.  Je trouve absolument incompréhensible que mes amies ne choisissent pas cette option. On dirait pourtant que j’ai tort: un seul couple autour de moi a donné les deux noms à leur progéniture, et croyez-moi, ce n’est pas par manque d’enfants, au contraire! Il pleut des bébés ces temps-ci. Un autre ami a laissé le choix à sa conjointe: un seul nom, mais choisis lequel.

Accepter que notre enfant ne porte que le nom du père, pourquoi? Ne le fait-on pas à deux, cet enfant-là? On veut faire plus court, afin que le nom entre dans les cases du formulaire de l’impôt? Pourtant, plusieurs cultures ont des noms de famille de douze pieds de long et il suffit d’en utiliser un seul, ou une abréviation, pour se simplifier la vie.

On me dit aussi que c’est refiler le problème aux enfants. Et pourquoi pas? J’aurais beaucoup aimé avoir le choix de mon nom de famille, devenue adulte!

Je me considère sur beaucoup de sujets comme une modérée, mais celui-ci me fait grimper aux rideaux. Si mes enfants ne devaient avoir qu’un seul nom de famille, ce serait le mien, bâtard!

J’aimerais vous entendre: comptez-vous, avez-vous donné les deux noms à vos enfants? Êtes-vous traumatisé.e d’avoir eu deux noms de familles? Suis-je seule sur ma planète?