Sklavounos, les trolls, ou comment je me suis faite traitée de mal baisée

C’est arrivé pendant le scandale Sklavounos (vous vous souvenez? Cet homme politique accusé d’agression sexuelle?), sur Facebook. J’exprimais mon soutien envers la victime sur la page Facebook d’un quelconque site de nouvelles lorsque soudain, ma propre boite de messagerie s’est remplit de message de haine. En effet, un énergumène m’avait pris à part pour me dire que mon opinion était (je le cite) de la merde. En bref, je ne comprenais rien à la situation.

La fille mentait, c’était é-vi-dent, et j’étais folle, stupide, naïve de penser le contraire. La petite fille naïve (je l’admet, je l’étais un peu à ce moment-là) qui croyait que tout malentendu pouvait se régler par une discussion en a pris un sale coup. Loin de vouloir débattre, l’homme de Cro-Magnon s’est plus à me traiter de tous les noms pour que j’ai honte de ma féminité : idiote, frustrée, mal baisée, sable dans le vagin, etc. À bout de souffle, j’ai fini par le bloquer sur Facebook.

Et à effacer mon message sur la page du site de nouvelles.

C’est ce que l’on appelle un troll. En bref, les trolls sont des intimidateurs (souvent anonyme) qui se cache derrière leur ordinateur pour se moquer, insulter, railler l’opinion d’une ou de plusieurs personnes. Ils ne cherchent pas à faire avancer un débat, mais bien à faire du mal à la personne concerné. Cela n’est pas qu’arrivé qu’à moi : en mars dernier, la journaliste Judith Lussier¹ a décidé d’abandonner sa chronique au journal Métro à cause du constant déferlement de haine qu’elle recevait pour ses prises de position. Même chose pour l’auteure Geneviève Pettersen, qui délaissait sa chronique dans le populaire magazine Châtelaine pour la même raison.

En voyant ceci, j’ai regretté d’avoir effacé mon message sur l’affaire Skavounos. De m’être tu sur la question, je veux dire. Le faire a donné raison à mon hurluberlu fâché contre moi, car ouvertement pour le droit du sexe faible (oui, oui, je le cite encore).

En tant que femme, nous avons droit à notre opinion. Nous avons le droit de nous exprimer sans nous faire traiter de frustré ou de mal baisée. Ou encore, de laideron, puisque les trolls aiment plus particulièrement les attaques sur le physique. C’est décidé, j’ai une résolution pour la nouvelle année : je ne me laisserais plus marcher sur les pieds!

Parole de féministe!


¹http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1019477/trolls-viennent-a-bout-une-chroniqueuse-judith-lussier

3 Comments

  • Marie
    21 avril 2017

    Ceci est mon vécu aussi! Sérieusement, je remarque toujours les mêmes trolls pas évolués lorsque le sujet d’actualité touche les femmes. Je n’efface jamais mes commentaires, mais j’avoue que je réplique, alors que peut-être que je devrais les ignorer. Ils veulent toujours faire taire les femmes. hein? Comme si leur opinion était bonne…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Pierr Caron
    21 avril 2017

    Je suis étonné de lire que cette personne  » a fini » par faire en sorte que ce barbarie et cretin ne puisse plus la joindre sur Facebook ou autrement. À sa place j’aurais agi ainsi à son premier commentaire agressif et stupide. Aucune femme devrait subir de telle attaque de ces hommes demeurés adolescents têtus qui n’ont de personnalité que dans leur possibilité d’érection.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

Post a Comment