La pin-up : toujours actuelle?

Lors de ma dernière séance de magasinage, des petites cartes publicitaires et promotionnelles m’ont été données : obtenez 15% de rabais sur votre prochain achat, allez remplir notre sondage en ligne, découvrez comment économiser, etc. Bref, rien de plus banal. L’une de ces publicités a toutefois capté mon attention par son illustration : une femme très érotisée m’encourageait à acheter ma lingerie dans la collection «pin-up», et de me convertir ainsi à ce style. Autrement dit, deviens une pin-up.

 

Je me suis alors questionnée sur le message de la publicité et l’image qu’elle envoyait des femmes. La pin-up est-elle acceptable en 2018? Mon interrogation m’a alors mené à entreprendre ma propre recherche qui m’a fait découvrir le texte de Camille Favre La pin-up US, un exemple d’érotisme patriotique[1].En plus d’offrir une description ainsi que l’origine de la pin-up, ce texte m’a permis de pousser ma réflexion sur la pertinence de la pin-up aujourd’hui.

 

C’est au cours de la Deuxième Guerre mondiale, alors que force, courage, hétérosexuel et virilité étaient les qualités idéales pour devenir le parfait soldat, que se sont publiées en masse les images de pin-up. Au combat, les hommes vivaient dans des conditions insalubres et souffraient de blessures, de froid, de faim et de solitude. Les soldats rêvaient de femmes d’où la popularisation des bordels et de ces images.

 

Étant faciles à transporter et à dessiner, ces illustrations de femmes étaient utilisées pour gérer le sexe, « puissance du mal » et de « désordre » chez les soldats, en plus de servir de preuve de leur masculinité. Physiquement, la pin-up a une taille de guêpe, de fortes hanches, des seins en forme d’obus, de longues jambes fines, des vêtements courts, un décolleté plongeant, des talons hauts, les cheveux bien coiffés, du maquillage, etc. : son corps est au service de la guerre. Les pin-up sont infirmières, brandissent un drapeau, pilotent des avions, font le salut militaire, sont dans les campagnes de recrutement et se retrouvent même dessinées sur des chars d’assaut, des avions et autres véhicules militaires. Bref, ces illustrations ne manquent pas d’originalités pour remonter le moral du soldat tout en le stimulant sexuellement.

 

Toujours selon le texte de Camille Favre, la pin-up n’était pas qu’un corps, mais aussi une figure morale. En effet, bien qu’elle soit sexy et érotisée, la pin-up ne montre pas son corps intentionnellement. Elle est la femme fatale de l’innocence. Par exemple, si l’on voit ses sous-vêtements en dentelle, c’est en raison du vent ou d’une branche qui dévoile son corps. Elle est donc certes érotisée, mais elle reste chaste. Le Nose art, peintures et dessins de femmes sur le devant des véhicules militaires, est un exemple de l’ampleur que prendra les pin-up dans la vie du soldat. En 2018, son utilisation n’est certes plus la même, mais est-ce nécessairement mauvais et outrageux pour les femmes?

 

 

Ces informations bien qu’intéressantes ne m’ont toutefois pas aidée à situer la place de la pin-up aujourd’hui. Ces quelques faits historiques donnent tout de même à réfléchir. Il va de soi que son corps est encore à ce jour le centre de son utilisation. À présent, si elle n’est plus utilisée comme publicité à la guerre, son corps continue à promouvoir un but de consommation, le public cible étant maintenant les femmes. Dans une boutique de lingerie, faire référence à celle-ci peut ainsi sembler logique. De plus, faire mention de la pin-up dans n’importe quel autre contexte sexuel ou érotique fait sens. Cependant, le terme pin-up est-il totalement innocent pour autant? Le problème de la pin-up est qu’elle n’encourage qu’un modèle de corps très précis. En fait, si la pin-up a changé souvent de costume et de rôle au fil de la guerre et des années qui ont suivies, son tour de taille et sa grandeur de bonnets sont restés semblables.

 

 

Quoi penser de la pin-up? Je crois que si nous continuons de faire mention de la pin-up avec la même définition de celle-ci à l’époque de la guerre alors non la pin-up n’a plus sa place en 2018. La pin-up offre une image trop unique, trop réduite des femmes (elles doivent rester « chaste et innocente » à tout prix) et de leur corps. Pourquoi vouloir devenir pin-up?

 

 

 

[1]Favre, Camille, « La pin-up US, un exemple d’érotisme patriotique », Clio, 2012, (n° 35), p. 239-264. https://www.cairn.info/revue-clio-2012-1-page-239.htm

Post a Comment