Cachez ce poil que je ne saurais voir!

o-EMILIA-BOSTDT-570

Étant de nature misanthrope, j’ai toujours un peu fantasmé sur l’idée de devenir une ermite.  Si je vivais de manière recluse, je n’hésiterais pas une seconde : les seuls poils que je raserais seraient ceux sur mon crâne et tant pis pour le reste. Au diable le high maintenance des longs cheveux lustrés et du corps glabre et lisse ; mon esprit (et le gros bon sens) me dicte que l’inverse est beaucoup plus logique. Le fait est que je n’ai pas toujours le courage de mes convictions. Même si les scientifiques répètent que si nous avons des poils, c’est pour une bonne raison, je m’entête à leur mener une guerre féroce, et ce, depuis ma puberté. (Sans entrer dans les détails, je vous dirai que je suis blonde naturellement, alors on peut s’imaginer la transparence de ma pilosité et donc le ridicule de la chose. . .)

Je me suis toujours questionnée sur cette ferveur de notre société à rendre les femmes imberbes ; plusieurs blâment la pornographie, et j’ajouterais même que cela tient de la pédophilie. Un sexe complètement épilé est fait pour ressembler à celui d’une petite fille, on s’entend là-dessus.

C’est pourquoi je grince des dents si fort quand je vois des campagnes de publicité comme celle de Veet, intitulée «Don’t risk dudeness»et se déclinant en quatre spots de trente secondes.

Dans la première publicité, on voit une jambe d’homme enlacer un autre homme dans un lit le matin. L’homme caresse la jambe, est horrifié de toucher du poil, se retourne vers l’autre qui dit, d’une voix de femme «Oui je sais, je suis un peu piquante, je me suis rasée hier». Donc, se raser chaque jour ne suffirait même pas, selon la compagnie Veet! Sortez la mousse chimique qui schlingue, que mes jambes restent douces plus de 24 heures, sans quoi mon homme aura l’impression d’en caresser un autre!

Dans la deuxième publicité (qui a apparemment été retirée d’internet), une femme allongée sur une civière se fait déchirer son jeans par une ambulancière et la supplie de ne pas déchirer plus haut comme elle est poilue. Conclusion ;  nous devons être prêtes à toute éventualité, car après tout, même en danger de mort, nous devons nous inquiéter pour notre pilosité! C’est d’un ridicule flagrant, et des Américains ont même commenté ; «Si j’étais une femme, j’arrêterais de m’épiler pour protester!»

Dans la troisième publicité, une femme se fait faire une pédicure et l’asiatique qui la lui fait (parce que bien sûr, c’est une asiatique, un cliché en attirant un autre) remonte le bas de son pantalon et est terrorisée par la vue du poil de mollet de sa cliente et y va de commentaires tels que «C’est vraiment horrible». Parce que oui, même les autres femmes vont te juger si jamais tu ne t’épile pas!

Dans la quatrième publicité et non la moindre, une superbe femme en robe hèle un taxi, et le chauffeur du taxi s’approche, intéressé, sourire coquin aux lèvres…avant de remarquer que la jolie femme a du poil sous les bras. Remarquant son regard changeant, la femme (devenu un homme) soupire et dit «Je me suis rasée hier» , pendant que le chauffeur s’éloigne rapidement, l’air choqué. Aussitôt que tu affiches des poils, tu perds absolument tout ton sex-appeal. 

Je suis tout à fait contre le cliché de la féministe poilue qui brûle son soutien-gorge, mais quand le monde de la publicité nous impose de telles ordures, j’ai honnêtement envie de faire un bras d’honneur à la société patriarcale et de jeter mon rasoir. Sérieusement, si le poil est «revenu à la mode» chez l’homme avec les hipsters qui ont remis les barbes/moustaches/poils de chest au goût du jour, pourquoi n’en est-il pas de même pour les femmes? D’ailleurs, quand le Movember  a suscité le No Shave November*, nombre d’insultes «constructives» ont été lancées sur le web, telle que « If you’re doing the No Shave November, you’ll also have the No Sex November». Parce que, bien sûr, une femme poilue ne «mérite pas» d’être baisée, même si elle cesse de s’épiler pour une bonne cause. (Et bien merci, je pratiquerai l’abstinence sans problème, au revoir).

Par chance, certains artistes comme Ben Hopper essaient de normaliser les femmes poilues. Dans son exposition intitulée « Natural Beauty« , il a photographié des femmes aux aisselles poilues et le résultat est , selon moi, tout à fait sublime. Le photographe explique sa démarche en mentionnant le lavage de cerveau de plus d’un siècle de l’industrie de la cosmétique, et en disant que ses photographies sont en fait une protestation, faite pour susciter une discussion. Il créé un contraste entre ce qui est «à la mode» et la beauté crue de ces femmes aux aisselles poilues.

De mon côté, je vais continuer de m’épiler quand bon me semble, c’est-à-dire seulement quand j’en ai envie, et je ne laisserai JAMAIS personne me dicter la fréquence de mes séances de rasage. Et vous? Que pensez-vous de cette guerre acharnée de l’industrie des cosmétiques contre la pilosité féminine?

 

* No Shave November : Pour amasser des fonds pour des organismes de charité, les femmes cessent l’usage du rasoir et autres objets dépilatoires pendant tout le mois de novembre.

 

16 Comments

  • Émilie Deschamps
    18 avril 2014

    Ce qui me fascine réellement, c’est notre incapacité à remettre en question plus d’un standard de beauté à la fois, lorsqu’on porte notre attention sur un, on donne l’impression d’oublier tous les autres. Et ça ne fait que révéler l’ampleur de notre conformisme, puisque tout nous confirme qu’il faut satisfaire un minimum de standards. Il y a une espèce de frontière implicite à ne pas dépasser, on peut remettre en question 50% des standards de beauté, mais pas plus à la fois.

    Les photos de ces femmes aux aisselles poilues sont bien jolies, par contre, elles ont toute une peau parfaite, sont très minces avec des cheveux long pour la plupart. Et toutes les tentatives de valoriser la «vraie beauté» tombent dans ce piège:

    -On montre des femmes rondes, mais toujours bien maquillées et habillées
    -On peut se montrer sans maquillage, à condition d’être minces et épilées
    -On peut cesser de s’épiler, à condition d’être jeune et d’avoir une belle peau

    Au final, tout cela n’a rien de bien libérateur ou tranformateur…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Ariane
      18 avril 2014

      Oui, je suis tout à fait en accord avec toi.
      Nous avons TANT de combats à mener pour ce qui est de l’acceptation du corps de la femme sous toutes ses formes, et il semblerait que briser plus d’un tabou à la fois est trop, même pour les artistes qui se veulent subversifs.
      Il est grand temps que ça change.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • JeuneVieEve
      18 avril 2014

      Absolument d’accord avec toi.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Moralès
    18 avril 2014

    J’aime mes poils.
    Mais en été c’est parfois difficile pour les autres lorsque je lève un bras et que…les autres voient mes poils.
    La gêne qu’ils éprouvent ou le dégoût m’ont souvent fait rire intérieurement.J’ai eu droit à des commentaires sympa d’hommes : Oh tu ne sens pas la tomate de serre toi!Tu sens la tomate de jardin !Un vrai compliment non?
    Je sens bon c’est vrai .C’est le compliment que l’on me fait le plus souvent de 7 à 77 ans enfants femmes et enfants…
    Les poils si je les rases sous les aisselles (je l’ai fait de temps en temps car c’est pénible de provoquer sans le vouloir…)et bien je choppe de l’eczéma réellement je précise .Alors…je garde mes poils sous les aisselles. Les jambes je fais comme toutes les filles j’épile..
    Merci pour votre article.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Ariane
      18 avril 2014

      Tout le trouble que je me suis donné à me raser,à essayer diverses techniques d’épilation, le tout pour finir avec la peau rouge, irritée, allergique, gonflée et avec des poils incarnés qui font que DE TOUTES MANIÈRES, je n’ai AUCUNE envie de montrer mes jambes.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Helene
      25 avril 2014

      Comme toutes les filles? Ah bon. Je suis femme, moi, et je ne possède ni rasoir ni autre système dépilatoire. Que d’argent et de temps gaspillé! J’ai tout cessé le jour lointain où je me suis demandé QUI avait décidé que la beauté féminine n’avait pas de poil. Je n’ai pas eu à trouver une réponse précise: il suffisait de répondre… « pas moi personnellement, au départ, en tout cas! » et hop, adieu rasoirs et autres bidules. (Ils ont suivi le maquillage, les cosmétiques, la teinture… quoi d’autre encore… les produits menstruels jetables… j’en oublie sans doute!)

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Ti-lion
    18 avril 2014

    Je suis un homme et j’en pense que c’est beau du poil pubien!!!

    Je suis fan d’art érotique et parfois je n’arrive pas a contempler une pourtant merveilleuse photo ou modèle à cause de la trop grande nudité. Pour ce qui est des aiselles ou des jambes jpense les photos de Ben Hopper sont les premières que je vois et étonnament ça m’a pas rebuté. Je dois dire que j’vais des apréhensions mais que mon regard c’est vite porté sur la beauté des damoizelles.

    Et je lis le commentaire de Moralès et jme dis si c’est ça qui aide à l’odeur ben enjoy les tes poils et je crois que c’est fort possible on me complimente aussi sur mon odeur et je n’utilise aucun savon (jtrouve ça pu et ça dissimule ton odeur propre même les émotions parce qu’elle ont des odeurs.)

    Pis a ce qu’on dit les poils longs pour les cheveux sont liés aux sixième sens qui nous fait sentir la présence de quelq’un. À l’époque ou l’armée américaine utilisaient des pisteurs amérindiens ceux-ci disait qu’ils perdaient leurs capacités à « sentir » lorsqu’ils avaient les cheveux cours. On disait dans le même article que la pilosité aidait à se sentir bien dans sa peau, moins frustré sexuellement.

    Mais bon, j’espère pas être le seul homme qui aime ça que les femmes puissent choisir mais j’espère en avoir convaincu quelques unes. Et il faut pas oublié que défois les idées préconcus ont la couenne dur. Peut-etre qu’on crois que la majorité aime le glabre mais la réalité en est peut-être autrement.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Ariane
      18 avril 2014

      Merci pour ton commentaire, d’ailleurs si on lit ce texte : https://jesuisfeministe.com/?p=7796 , on peut voir que tu ne sembles pas être le seul à penser ainsi….et c’est tant mieux! Comme le dit l’homme dans le commentaire de l’autre texte, je crois que plusieurs hommes ont « peur » d’avouer qu’ils aiment le poil de peur de faire rire d’eux par leurs congénères….

      C’est vraiment une histoire de « l’oeuf ou la poule », disons!

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

      • Ti-lion
        18 avril 2014

        Oui j’avais lu le texte déjà, j’ai vraiment pas honte d’aimer ça par contre.

        Et je me demande si y’a pas une majorité silencieuse qui préfère le poil. Y’a tellement de trucs que la société prend pour acquis à cause des grandes gueuleurs mais j’ose croire que y’a du bon sur ste planète là.

        Et j’ai pris le temps de revoir les photos de Ben Hopper et une fois dépassé ma surprise que ça m’a pas dérangé. Je veux le redire ces femmes là sont magnifiques, ont peu deviner leurs personnalités, leurs caractères à travers ces photos.

        Ouf j’en aurais tellement à dire

        [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • syl
    19 avril 2014

    Peut-être aussi que de mettre côte à côte des regards de différentes cultures aiderait à prendre du recul. Je suis Suisse, et lorsque je regarde les images de Ben Hopper, la seule chose qui me frappe c’est le caractère identique et artificiel de toutes ces poses aux bras en l’air. Les poils, eux, me semblent parfaitement à leur place.

    J’imagine bien que tous les Suisses ne voient pas les choses ainsi. Mais j’espère que d’entendre quelqu’un, et un homme, dire qu’il n’arrive même pas à comprendre que cela puisse faire l’objet d’une controverse, ajoute encore un peu de ridicule à cette polémique qui ne devrait même pas exister. Et bien sûr je pense pareil pour tous les autres endroits.

    Quant aux hommes, l’idée de faire cela ou même d’en discuter n’est pas encore arrivée jusqu’à mon cercle social…

    Cela me fait penser à cet article lu ce matin, parlant de la question, plus grave, du «point du mari». Si le coeur vous en dit :
    http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1192151-point-du-mari-quand-un-syndicat-de-gynecologues-fait-preuve-d-une-misogynie-effrontee.html

    Et là aussi, malgré l’énormité de la chose, *on en débat* au lieu de juste faire en sorte que cela soit contrôlé correctement et puni en cas d’abus. Donc bref, il y a encore beaucoup de combats contre la connerie à mener, à faire changer les consciences, et j’espère que des articles comme le vôtre y mènent.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Isabelle
    19 avril 2014

    Je n’ai jamais été une maniaque de la disparition du poil. Je m’épile environ aux 3 semaines (je suis châtaine, mais avec une forte pilosité), même lorsque je porte une jupe. Je trouve beau le fait d’avoir du poil sous les bras, tant que ça ne devient pas une touffe (j’ai quand même le cerveau lavé, moi aussi).J’ai remarqué que, au lieu de faire fuire la gent masculine, ça m’a attiré le genre de gars que j’apprécie aussi. Un ami m’a déjà dit à quel point il trouvait sexy une fille avec une ligne de poils sous le bras. Mon amoureux ne s’en fait pas avec le poil non plus. Alors, la question à se poser, c’est: n’est-il pas souhaitable, au final, de faire fuire les gars qu’on n’aimerait pas côtoyer de toute façon?

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Syl
      19 avril 2014

      Haha 😀 j’ai vu cet article par un partage sur facebook, et j’ai justement commenté que s’il y a des gars pour dire « If you’re doing the No Shave November, you’ll also have the No Sex November», alors cette (auto-)sélection naturelle va régler les choses d’elle même 😉

      Ca me rappelle aussi cette « sagesse 2.0 » disant qqch comme : « Si vous vous sentez nul/moche/incapable/.., c’est peut-être juste que vous êtes entouré par des cons » 😉

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Ariane
      24 avril 2014

      Haha, oui, tout à fait, Isabelle. C’est sûrement une sorte de sélection naturelle anti-connards.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • macatrose
    14 mai 2014

    J’suis blonde de teinte, pas de pilosité ni aux bras ni aux jambes, donc pour moi le rasage comme l’épilage des sourcils WTF ! .. mais alors quand je lève le bras et que je surprends les regards de mes 3 poils qui se battent sous le bras !!! regards de se dire celle là elle est pas propre !!!
    Je rencontre un mec, on s’entend bien, on va plus loin et .. là … lui glabre et moi …. à poils !!! je me suis pris un revers à la Maria Sharapova !!! insultée et humiliée !!! j’ai rien compris !
    la mode est aux glabres !!! WTF j’aime pas ….

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Didier
    20 mai 2014

    Une chose que tu n’aborde pas du tout dans l’article, c’est les goûts, bien sur tu peux laisser pousser les aisselles et toutes autres zones du corps, mais certains n’aimeront pas, c’est un choix qu’ils font, et on ne peut pas leur enlever. Après la pression imposée pas les autres comme dit dans les commentaire concernant une gène par rapport aux poils est inacceptable! Tout comme certains aiment les blondes, les brunes ou tout autre détail physique, le goût reste un facteur clé. On ne doit pas célébré la pousse du poil, mais la volonté d’épiler ou non. Un autre facteur vu dans le site : le coté naturel, le poil bien que naturel est un milieu propice aux infections ( aux hommes comme chez les femmes) et il retiens toute sorte de choses. Si tout en notre corps était parfait, on n’aurait pas de médecin, ou un système de santé aussi grand.
    Cordialement, un homme.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

Post a Comment