Regardez-vous le chemin que vous avez parcouru, des fois? Êtes-vous du genre à prendre un temps d’arrêt pour évaluer tout ce que vous avez accompli au cours des dernières années? Les féministes ont toujours tant à faire –  mille luttes à mener et trop de trolls à gérer – il me semble que ça n’arrive pas souvent souvent. Eh ben, c’est pourtant l’exercice qu’on a fait avec Je suis féministe.

Aujourd’hui, le 1er novembre 2016, Je suis féministe, le livre est disponible en librairie. Cet ouvrage collectif, que j’ai eu le plaisir de codiriger avec Caroline Roy-Blais, est publié aux incontournables éditions du remue-ménage. Il présente plus de 80 textes écrits par une trentaine de correspondantes du blogue au fil des huit dernières années. Et tabarouette, ça m’émeut profondément.

Photo: les éditions remue-ménage

Photo: les éditions remue-ménage

Si je suis aussi emo, c’est que j’avais jamais pleinement réalisé tout ce que Je suis féministe pouvait signifier, tant pour moi que pour une méchante gang de jeunes féministes francophones. (À moins que ce soit une jeune gang de méchantes féministes francophones? Huhu.)

En 2008, à quelques jour de la mise en ligne officielle, j’avais déjà le sentiment de me lancer dans « quelque chose de stimulant, de dérangeant… de nécessaire! » Mais jamais je n’aurais cru alors que JSF allait laisser sa trace dans le web féministe québécois et qu’il deviendrait une première tribune de choix pour bon nombre de féministes toutes fraiches sorties du placard du patriarcat.

Car en lisant tous les textes du blogue pour préparer ce livre, travail titanesque s’il en est un, cette nécessité d’avoir un tremplin accessible pour apprivoiser la prise de parole et faire le saut l’arène publique parait évident. Le besoin d’avoir une communauté diversifiée et un safe space pour en faire l’apprentissage est également important. Car c’est à la lumière des critiques et des discussions respectueuses que notre engagement féministe évolue et que notre confiance en soi se bâtit. C’est en faisant preuve de solidarité et sacrant contre les mêmes aberrations qu’on se sent moins isolées, plus outillées. Je suis féministe a été cette école challengeante et fantastique pour moi et continue à l’être pour bien d’autres.

Ça me fait tout drôle d’écrire de nouveau ici, près de 4 ans après mon dernier billet sur le blogue. Je suis encore membre de l’équipe d’administration, mais ce n’est plus ma voix qu’on doit entendre ici. Toutefois, j’avais envie de reprendre le crachoir juste pour une fois pour célébrer Je suis féministe, le livre et surtout toutes celles qui l’ont écrit. Leurs contributions exceptionnelles passent l’épreuve du temps haut la main et permettent d’explorer une foule de sujets de façon libre, furieuse et joyeuse. J’ai redécouvert des perles qui étaient perdues dans les dédales de l’Internet et je suis très heureuse qu’un nouveau public y ait maintenant accès.

Merci à vous toutes, sincèrement. Vos coups de gueules, vos réflexions et vos idées continuent de résonner dans ce monde qui tarde à changer. Et c’est bien là le plus merveilleux des constats lorsqu’on regarde le chemin parcouru: lorsque nous avons crié une fois « Je suis féministe! », difficile de nous faire taire.

 

lancementJSF

Passez au lancement ce vendredi, si le coeur vous en dit!