Médias, FFQ et féminisme nouveau

Il me semble que ça fait longtemps que j’ai autant entendu parler de féminisme, mais surtout de la FFQ dans les médias. Ça a commencé avec la vidéo controversée au sujet des soldats/chair à canons en Afghanistan, ce qui a poussé Marie-Claude Lortie à écrire dans La Presse que la FFQ ne représentait plus toutes les femmes et qu’on aurait besoin d’une nouvelle voix. Ce désir de renouveler le mouvement des femmes a été repris à quelques endroits dans les médias et la blogosphère (j’ai lu ça et ça), une trame de fond à la Marche mondiale des femmes qui se déroulait simultanément. Puis, geste d’éclat (scandale!) de la part de 11 femmes: occupation des bureaux de la ministre de la condition féminine, Christine St-Pierre, chose qu’on n’avait pas vue depuis les années 70. Finalement, images de femmes en liesse qui mettent un terme à la MMF à Rimouski.

Ouf. Résultat de cette belle semaine intense: j’ai le féminisme challengé. Je me demande où me situer par rapport à tout ça. Et bien, j’ai tendance à être un peu d’accord avec tout le monde.

On reproche à la FFQ d’être radicale, à l’extrême-gauche, de ne pas être inclusive. Et bien je trouve ça parfait comme ça. Dans chaque mouvement, il faut une aile qui frappe, qui défonce et qui fait mal. C’est souvent grâce à des actions robustes que des gains sont faits. J’apprécie cet organisme précisément pour ça et parce que son militantisme est différent du mien. Je le regarde aller de loin, me disant qu’il attaque un front différent du mien. Un front d’ailleurs qui ne m’a jamais attirée. Je n’ai aucune envie de m’impliquer dans la FFQ. Et ce n’est pas grave. Ça ne me dérange pas que la FFQ ne m’intéresse pas parce que je peux être féministe autrement. Mais est-ce qu’on le sait, ça? Qu’il y a d’autres féminismes que celui de la FFQ?

De là le désir d’entendre de nouvelles voix et ce besoin de renouvellement. Ça ne peut qu’être sain de confronter de nouvelles idées, de débattre et d’élargir ses horizons. Un mouvement, ça le dit, ça doit bouger! Dans les faits, le féminisme est bien vivant, je le constate parce que j’en suis. Mais ce n’est malheureusement pas de cette façon qu’il est dépeint dans les médias en général. Je vois un féminisme monolithique, un genre de bloc lourd à porter, auquel il est difficile de s’agripper et auquel on prête presque automatiquement le radicalisme de la FFQ.

C’est là que je vois l’opportunité des jeunes féministes: se regrouper pour que nos voix portent. Nous le faisons, ici même sur le blogue. Mais pouvons-nous nous considérer comme un organisme alternatif à la FFQ? Pas encore, nous n’en avons pas les moyens… D’ailleurs, voulons-nous nous regrouper dans un modèle comme la FFQ? Est-ce la seule façon d’avoir du poids et de changer les choses? Parlant de moyens, quels sont ceux à notre portée pour nous faire entendre? Vous sentez-vous entendues?

J’aimerais bien vous lire à ce sujet!

– – –

Épilogue: Vous ne trouvez pas qu’en plus de se battre pour la cause des femmes, on se bat contre le mot féminisme comme tel?

33 Comments

  • Marie-Noelle
    19 octobre 2010

    J’étais à Rimouski dimanche. Je suis membre de la FFQ depuis le début de la vingtaine. J’ai participé à la rencontre des ReBelles.

    Et pourtant, je n’aime pas particulièrement scander des slogans, je n’irais pas dans les bureaux de la ministre. Moi non plus, c’est pas moi ça. Moi aussi, je suis contente que certaines, que plusieurs! le fassent.

    Je ne suis pas d’accord que la FFQ est un mouvement radical, d’extrême-gauche, ne ralliant qu’une minortié. La FFQ est un mouvement ÉNORME repgroupant des centaines d’organisations, de femmes différentes. Oui, la FFQ a une voix publique de gauche qui est celle qui est entendu dans les médias (Dieu merci!). Mais ses membres sont très diversifiées. Parce que la FFQ a su être à l’écoute des critiques à l’interne pour être incluse, parce qu’elle se veut le plus inclusive possible…

    Jesuisfeministe.com n’est pas à mon avis un organisme alternatif à la FFQ. Et je ne désire pas qu’il le soit. Notre blogue est une voix, une voie de plus pour nommer nos préoccupations d’une manière différente. Je ne prendrai pas le micro pour scander des slogans, mais je prends mon clavier pour écrire mes réflexions. Mais je sens appartenir à la FFQ autant que je sens appartenir à ce blogue.

    Merci pour cette discussion.

    Épilogue: 10000 personnes à Rimouski!!!!!!! Quelle énergie! Autant de personnes qui crient avec fierté son appartenance féministe… ça m’a fait un bien fou!

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Isabelle N.
    19 octobre 2010

    Pour moi, la FFQ est plutôt cette grosse structure dont on a besoin pour les coups d’éclats. Je ne suis pas membre, mais je participe, que ce soit aux ReBelles en 2003 ou à la Marche Mondiale des Femmes de ma région la semaine dernière.

    La FFQ n’est pas la seule représentante des féministes au Québec, et c’est très bien ainsi. Il faudrait juste l’expliquer aux animateurs du FM93 qui veulent démarrer un nouveau mouvement « féministe » au Québec, en réponse à la FFQ.

    http://www.cmorissette.com/2010/10/un-nouveau-mouvement-feministe-au-quebec/

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Valérie
    19 octobre 2010

    Une partie importante du problème réside, à mon avis, dans la fâcheuse tendance qu’ont les médias de simplifier les questions. Un exemple parmis tant d’autres : le débat sur la légalisation de la prostitution. Habituellement, les journalistes vont chercher une représentante du camp «pour», généralement Stella, une autre du camp «contre», généralement un organisme féministe quelconque, et présentent la question sous l’angle du conflit entre «les groupe de défense des droits des personnes prostituées» et «les féministes». Il est certain que dans ces moments, la pensée est plus simpliste, à cause du contexte dans laquelle elle est exprimée. Si les actions des grandes organisations sont respectables, je dois avouer que leur discours me lasse parfois. Je crois qu’au cours des dernières années les enjeux ont évolué pour finalement mettre à jour un conflit entre deux visions du monde, que le discours féministes peut difficilement traduire. Je me nourris donc à la sociologie pour penser à un nouveau nous plus inclusif, plus général, fondé sur des valeurs et des principes communs davantage que des luttes particulières. En fait, j’ai parfois l’impression que le féminisme s’égare et tombe dans le tirage de couvertures : ce n’est pas parce que nous sommes des femmes que nous devons être traitées avec dignité, mais parce que nous sommes des humains.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Karine
    19 octobre 2010

    Je pense qu’on ne sait plus vraiment ce qu’est une féministe…

    Je ne vois pas la FFQ comme étant radical, car il existe pleins de collectifs qui le sont réellement. Je pense que la FFQ essaie de se radicaliser, de revenir à sa tâche d’être un organe politique et non seulement un lobby comme le CSF. Plus jeune, je ne voyais pas toujours la différence entre les deux.

    Je pense qu’il y a des féminismes, alors un groupe ne peut représenter chacune, mais de là à créer une alternative, je ne suis pas convaincue non plus, car on divise le poids politique de la première entité qui partage les idées de plusieurs. Toutefois, je veux qu’une pluralité de voix sont entendues parce que ce n’est pas le cas présentement, mais comment restera une question pour le futur!

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Stéphanie
    19 octobre 2010

    Moi, je suis juste écoeurée que des gens décident pour moi de ce que je pense et de quelles sont mes positions juste parce que la féministe machin chose a dit que’qu’chose quelque part entre la disparition des dinosaures et aujourd’hui!

    Quand on est trop paresseux/paresseuse pour demander à une personne ce qu’elle pense de quelque chose, c’est clair que c’est pas pour demain le dialogue…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Jonathan Gagné
    20 octobre 2010

    Bonjour Marianne,

    Comme je l’ai écrit sur le site de Radio-Can pour commenter la belle discussion que vous y avez eue, que la FFQ soit d’extrême-gauche ne me cause aucun problème. Je ne suis pas de gauche, mais je crois bien évidemment que les gens ont droit à leurs opinions.

    Mais qu’elle soit d’extrême-gauche et subventionnée avec mes taxes, LÀ, j’en ai clairement un. Si une organisation de femmes conservatrices comme REAL WOMEN of Canada n’est pas subventionnée (et elle ne l’est pas, ce qui me rassure), en vertu de quoi la FFQ devrait-elle l’être ?

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Émilie
    20 octobre 2010

    Moi je trouve que le féminisme n’est pas assez présent dans notre vie politique en France. Et le problème est que lorsqu’il est présent c’est trop souvent dans un féminisme essentialiste où la femme est maternelle et douce, ce qui me fatigue.
    Et comme vous je déplore un féminisme monolithique et poussiéreux dans le quel les gens et surtout les femmes ne se reconnaissent pas.
    Ce qui fait que lorsque l’on a l’audace de se dire féministe ou de participer à un événement féministe, les gens nous regardent avec de grands yeux ronds et interrogateurs : tu es féministe? Pourquoi?

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Sophie Sexologue
    20 octobre 2010

    Texte intéressant!
    Tout comme la discussion ayant eu lieu à Christiane Charette aujourd’hui.
    Je suis d’accord aussi que la FFQ a sa place, tout comme l’idée qu’il y ait d’autres organismes féministes moins radicaux.
    Par contre, pour créer un organisme, ça prend une mission, une vision et des valeurs communes.
    Reste à voir si les personnes qui souhaitent se rassembler dans un nouvel organisme féministe réussiront à avoir suffisamment de points communs pour que ça arrive!
    🙂

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mélanie
    20 octobre 2010

    Valérie, j’approuve à 100%, bravo !

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mélanie
    20 octobre 2010

    « Je pense qu’il y a des féminismes, alors un groupe ne peut représenter chacune, mais de là à créer une alternative, je ne suis pas convaincue non plus, car on divise le poids politique de la première entité qui partage les idées de plusieurs.  »

    C’est simple, la FFQ ou un autre organisme doit revenir à son essence même, sa mission selon moi devrait être de porter la voix de toutes les femmes. Ça, ça veut dire de ne pas juger des choix (ou se prendre pour Dieu la mère). Cette coalition devrait tout simplement s’efforcer à démontrer les réalités diverses. On est dans un pays libre, tous accès à l’éducation, mais surtout justement, la femme est égale a l’homme, faut arrêter de la traiter comme un enfant et lui dire quoi faire. Oui, certaines se la petteront, mais si ça prends ça pour qu’elles se réveillent, ça prendra ça et surmonter les rendra juste plus forte pour l’avenir. Vous croyez que ces hommes l’ont tjrs eu facile, qu’on a tjrs cherché à les mettre dans des moules ? Oui certaines y laisseront leur peau, mais c’est ça assumer ses choix et vivre dans un pays de liberté. Il n’y a qu’un choix que personne ne pourra jamais vous enlever, c’est celui de vouloir s’en sortir et de ce battre. Tant qu’on se bat, on est pas victime.

    Il faut porter la voix des femmes et pas les juger. Pour le reste, les politiciens feront leur choix et la population ira voter (les femmes ont de nos jours le droit de vote je crois…Le prennent-elles, ça c’est une autre histoire…).

    Hypersexualisation et tout le reste, si ça l’affecte votre fille sur le plan d’un long terme, posez-vous des questions quant au modèle que vous lui avez présenté et à l’amour d’elle-même, la connaissance d’elle, de ses forces, intérêts…En bref, avant de dire aux autres quoi faire, regardez-vous donc avant et jugez-vous comme parent.

    On a parlé de la prostitution ci-haut. Savez-vous qu’outre ces deux organismes (très légèrement axé sur le débat législatif, à des positions extrêmes (tout rouge ou tout rose)), il n’y a pas de ressources pour aider celles qui veulent décrocher…Pourquoi d’après-vous ? On les juge mais s’intéressent-ont vraiment à elles. Non, beaucoup trop occupé pour se battre sur leur légitimité…Ridicule.

    Savez-vous qu’en Europe, on commence à s’alarmer, la prostitution étudiante aurait augmenté de façon exponentielle. Ici, personne ne se questionne, aucun débat.

    Les femmes ont besoin d’une voix, pas d’être jugées et surprotégées. Nos mères se sont battues pour notre liberté de choix, réveillez-vous, cette liberté on est en train de la perdre, on se l’enlève nous-mêmes en nous jugeant. Remarquez, la femme était historiquement conditionnée pour s’auto-juger, cela n’a rien de surprenant. Le problème vient peut-être du mot « choix », en parlant de choix, c’est certain qu’elles allaient les remettre en question.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mélanie
    20 octobre 2010

    « valeurs communes »

    Respect à la liberté de choix de chacune
    Ouverture à l’autre
    Transparence (ne pas présenter que ce qui fait notre affaire ou déguiser des réalités vécues par des femmes).

    Pour moi, ça serait un bon début ces trois valeurs.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Valérie
    20 octobre 2010

    Mélanie, c’est ici où je ne suis pas d’accord. Mon féminisme étant subordonné à des valeurs plus larges, je ne peux supporter les actions d’une femme seulement parce qu’elle est une femme. Le cas Anne-Marie Losique en est le meilleur exemple.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mélanie
    21 octobre 2010

    Valérie, j’ai peut-être un mâle dominant comme père, mais désolé, mais je trouve qu’il a raison quand il me disait « Ta liberté s’arrête où celle des autres débute ».

    La morale est une utopie et j’en ai rien à foutre du jugement des autres femmes sur moi. Je suis pas une enfant, vous avez pas à vous prendre pour ma mère. Vous êtes qui vous pour prétendre que votre morale est LA vérité.

    Les hommes n’attendent que ça que les femmes se respectent…et juger les autres, c’est pas du respect.

    Quand les femmes arrêteront d’harceller les autres, on atteindra l’égalité.

    Moi je m’en balance d’Anne-Marie Losique, c’est sa vie, pas la mienne. Si elle veut jouer à la putain, qu’elle y aille ! C’est vous qui l’avez créé cette image. Moi je l’aime car elle s’assume et elle fait ce qu’elle veut, comme un homme quoi…Elle n’a aucun compte à rendre à personne. Moi j’aime beaucoup plus son féminisme que le votre. C’est pas à Anne-Marie Losique d’être un modèle pour vos filles, si c’est le cas, y a un problème. C’est aux mère d’être un modèle pour elle et le modèle à leur yeux. Une femme qui se respecte agis tout simplement en fonction de ses valeurs, une femme qui se respecte refuse votre moule que vous voulez imposer aux femmes. À lire l’entretien qu’elle a donné dans le Châtelaine. Très bon papier.

    On s’est débarassé de dieu le père au Québec et on l’a remplacé par dieu la mère, pathétique.

    Non, arrêtez de dire que la femme doit être ci et ça, surtout pas ça, porter çi, penser ça…Elle est là la source de l’inéquité que vous décriez, ce n’est pas Nathalie ou ce fameux mystique mâle dominant (comme s’il y avait un complot qui planait sur nous, c’est grave votre affaire, maladif).

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Marie-Anne
    21 octobre 2010

    @Mélanie

    En tout cas, ce n’est pas en attaquant Valérie et en lui disant qu’elle est ridicule que le débat sera constructif !

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mélanie
    21 octobre 2010

    Je ne veux pas d’un féministe qui crée des classes de femmes, « les bonnes » vs « les mauvaises (ou menace à vos yeux) ».

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Marie-Anne
    21 octobre 2010

    @Mélanie

    Je ne veux pas de ton agressif ni d’insulte sur cet espace de discussion.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Valérie
    21 octobre 2010

    Mélanie, je ne juge pas les autres en tant que personne mais bien leurs actions et leurs idées. C’est tout à fait différent. Sachez que lorsqu’on s’expose dans l’espace public, on s’érige nécessairement en tant que modèle possible. Quand on agit par provocation, il faut s’attendre à être critiquée. De par son style et son créneau, Anne-Marie Losique ne fait que profiter de la vague d’hypersexualisation qui touche les sociétés occidentales actuellement. Une personne authentique et vraiment bien dans sa peau n’aura pas besoin de se faire charcuter pour ressembler aux modèles hégémoniques. Actuellement, il faut encore être vierge ou putain. Votre facilité à catégoriser celles qui n’adhère pas au discours d’AML dans le groupe des «femmes aux cols roulés» le démontre bien.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Joëlle
    21 octobre 2010

    Justement, je me demandais comment se positionais jesuisfeministe.com!
    En ce qui me concerne, ce site fut ma porte d’entrée dans le mouvement féministe. Ma perception en tant que visiteure (donc pas correspondante) est un lieu accueillant, ouvert aux échanges d’idées sur nos façons chacune d’aborder le féminisme, où l’ont peut philosopher, refaire le monde quoi! Si j’y reviens, c’est pour cette liberté de pensée et de parole, que je ne retrouverais pas dans une grosse organisation comme le FFQ où il faut suivre une voix, la voie qui a été décidé pour la majorité du groupe, en accord ou non on se range. Moi je vois plus la FFQ comme politique, en tant que femme j’ai aussi besoin d’elles, pour concrétiser les idées.

    J’ai nouvellement appris qu’il existait trois courants pour la pensée féministe: féminisme libéral, féminisme radicale et féminisme socialiste; dites-moi, serait-ce pour cette pour cette raison le choc d’idées entre toutes celles qui se chapeaute comme féministe?

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Marie-Anne
    21 octobre 2010

    Je crois aussi que l’on se bat contre le mot féminisme, car il recouvre tellement de différentes écoles de pensées qu’il y a nécessairement collisions. Le féminisme au singulier n’a plus lieu d’être…ce sont les FÉMINISMES aujourd’hui… Ma vision du féminisme se confronte obligatoirement à celles de d’autres personnes. C’est normal…

    @Joëlle : et il y en a plus : différentialiste, égalitariste, marxiste, écoféministe…

    Je ne pense pas que jesuisfeministe.com a une position politique précise justement parce qu’elle permet à plusieurs jeunes féministes de s’exprimer. On a pas toutes les mêmes opinions, alors il serait illogique que les rédactrices en cheffes prennent position pour nous toutes (n’est-ce pas Marianne et Isabelle, qu’en dites-vous ?)

    Parce que s’il y avait un positionnement, il y aurait des désaccords inévitables… En tout cas, moi je vois cette plateforme comme neutre, ce qui permet la diversité dans les interventions.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Joëlle
    21 octobre 2010

    @Marie-Anne: je suis contente de l’entendre, secrètement c’est ce que j’espérais 🙂
    En tant que jeune féministe, j’ai envie de me laisser influencer par toutes les visions possibles…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Olivier Kaestlé
    23 octobre 2010

    Seules des initiatives de certaines féministes qui parlent en leur nom propre, comme Djamilah Benhabib, m’empêchent encore de me considérer antiféministe. Si la FFQ devait représenter la quintessence du féminisme contemporain, alors je n’aurais pas le choix de me définir antiféministe, sans pour autant me réclamer du masculinisme. Je crois que, de mouvement de changement social, le féminisme de cet acabit est devenu un lobby corporatiste n’ayant que sa propre expansion ou survie pour objectif. Oui, ça prend des voix nouvelles pour dénoncer une menace bien réelle à l’égalité homme-femme, soit la montée de l’intégrisme religieux, qui devrait être la priorité numéro un des nouvelles féministes. Mais où sont-elles ?…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Joëlle
    23 octobre 2010

    @Olivier: d’abord je précise que je parle en mon nom personnel… je suis écoeurée d’entendre des gens comme vous dicter aux féministes sur quels enjeux elles doivent plancher… qu’est-ce qu’elles vous doivent les féministes? Quels sont leurs devoir envers vous M. Olivier Kaestlé? Envers qui a-t-on des comptes à rendre? Si vous c’est l’intrégrisme religieux qui vous préoccupe, relevez vos manches et impliquez-vous vous-même d’abord!

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Olivier Kaestlé
    23 octobre 2010

    Je m’y emploie, concernant l’intégrisme religieux, Joëlle, soyez sans crainte. Un coup d’oeil dans mon blog ou sur Cyberpresse suffira à vous en persuader. Pour ce qui est de dire aux féministes quoi faire, vraiment, c’est pas ma tasse de thé. Gérer ma propre existence et celle des gens qui dépendent de moi me suffit amplement, vous pouvez en être persuadée… Sans rancune et bonne soirée.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Joëlle
    23 octobre 2010

    Non, je n’ai pas trouvé sur votre blog quoi qui puisse démontrer votre implication pour libérer les femmes de l’intégrisme religieux. Toutefois, j’y ai trouvé votre dossier: nos garçons et la pub misandrie; je suis d’accord avec vous que l’image que projette ces pubs sur nos garçons est désastreuse, même sur nos filles. Sauf que l’un n’empêche pas l’autre. Vous découvrirez qu’ici on ne dénigre pas les hommes pour se faire valoir, contrairement à vous qui tombez dans la misogynie pour dénoncer les messages publicitaires dont les seuls responsables sont les compagnies en question et leur firme des publicité.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Valérie
    24 octobre 2010

    Bien dit, Joëlle.
    En ces temps modernes, tout le monde est réduit à l’imbécilité dans la publicité.
    J’avais écrit un billet à ce sujet…
    Radicalisme et publicité.
    Oui, pour moi, une chose est sûre : les grands publicitaires de ce monde n’ont pas notre épanouissement à coeur. Pour eux, il vaut mieux que nous soyons des atomes libres les uns des autres, pour que nous puissions bien nous consacrer à la tâche : consommer.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Joëlle
    25 octobre 2010

    Valérie: Je me suis attardée sur ton billet, que je me permets de mettre en lien car même s’il date d’un an je le trouve toujours d’actualité: https://jesuisfeministe.com/?p=1429 . Si Gap a voulu récupéré le mouvement raciste, Bell les féministes…. Whiskas eux ont voulu récupérer les chats!hahaha!!!!
    Désolé si je me suis éloigné du sujet 🙂

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

Post a Comment