Oh, ça va… C’est pour rire!

Je connais à peu près le Code de la Bonne Féministe lorsqu’il s’agit d’attaques frontales ou de sexisme primaire. Mais je suis presque toujours désemparée lorsqu’il s’agit… d’humour. Je ne sais jamais comment réagir face aux blagues dont le fond de commerce est la bêtise féminine, le fait que les femmes sont dépensières, qu’elles ne s’intéressent qu’à l’apparence, etc.

Je ne veux pas ici renforcer le stéréotype de la féministe qui n’a aucun humour. Que les choses soient claires : j’aime rire. Je ne sais pas quelle personne pourrait affirmer le contraire, d’ailleurs. : « Rien ne me fait rire ! Je déteste ça ! Je n’ai aucun humour ! » Mais je crois quand même qu’il faut dire les choses : j’ai bien l’impression que les blagues sexistes ne font rire que deux catégories de personnes. A ma droite, les personnes qui trouvent qu’il y a un fond de vérité, quand même, pas pour toi bien sûr, mais pour la majorité des femmes, enfin certaines, enfin c’est le cliché quoi, enfin tu as compris. A ma gauche, les personnes qui s’assimilent à la catégorie des dominants (en l’occurrence, les hommes).

On entend souvent que l’humour serait un moyen de s’approprier les clichés pour les tourner en dérision, et rire de ceux qui sont vraiment sexistes (ou racistes). Je ne sais pas si je suis d’accord avec cette théorie. Est-ce que les « blagues racistes » et autres « blagues antisémites » seraient aussi drôles si elles ne s’appuyaient pas sur ce que beaucoup considèrent comme « un fond de vérité ». Essayons cette « blague » : « Kader et Mohammed sont en voiture, qui est-ce qui conduit ? Réponse : La police ». Est-ce qu’elle serait vraiment aussi drôle si elle commençait par « Paul et Jean » ? Pour moi, les « blagues sexistes » ne sont pas différentes. Essayons encore : « Une blonde accouche de jumeaux. Catastrophée, elle s’écrit : ‘Mon Dieu, mais qui est le père du deuxième ?’ » Est-ce que cette blague ferait autant rire si elle commençait par « Un homme voit sa femme accoucher » ?

Ce qui m’amène à mon deuxième point. Sauf circonstances particulières (?), je ne crois pas que l’on puisse demander à une victime de viol de rire d’une blague mettant en scène un viol. Les seules personnes susceptibles de trouver cela drôle sont les personnes qui n’ont aucune idée de ce que c’est que de vivre le « fond de vérité » auquel cette « blague » fait appel. Je trouvais moi-même les blagues de blondes plutôt drôles, non pas parce qu’elles mettaient en scène des blondes, mais parce que je riais de la stupidité du personnage (blonde, belge, ça aurait pu être un homme ou un hibou). J’ai cessé d’en rire le jour où j’ai teint mes cheveux en blond-roux et où un contrôleur de train à qui je posais une question m’a dit : « Vous êtes vraiment blonde, vous alors ! »

Au-delà de ces remarques, il y a quelque chose que je trouve intéressant. En termes d’humour, il n’y a rien d’universel : tel ou telle humoriste me fera éclater de rire quand une amie le ou la trouvera nul. Et c’est normal, accepté, et admis. Mais en terme d’humour sexiste, ne pas rire à une « blague sexiste », c’est « ne pas avoir d’humour ». Du tout. Non-non. Eh bien il me faut dévoiler un scoop à toutes les personnes qui pensent comme cela. Ce n’est pas que j’ai aucun humour, darling, c’est simplement que nous n’avons pas le même.

18 Comments

  • Sarah
    15 février 2013

    En plus, les blagues sexistes favorise la tolérance envers la violence faites aux femmes. Et ça vaut sans doute aussi pour les blagues racistes`, homophobes et autres! Non, on est pas obligées de rire de tout. En générale, si un personne fait une blague raciste, elle se fera faire gentiment la leçon. Je ne vois pas pourquoi il en serait autrement avec les blagues sexistes.
    http://canal.ugr.es/sciences-sociales-economiques-et-juridiques/item/6560-les-blagues-sexistes-favorisent-les-mecanismes-mentaux-qui-justifient-la-violence-envers-les-femmes?tmpl=component&print=1

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • tetenlaire
    17 février 2013

    Bonjour, je suis comme vous je ne comprends pas ces blagues ! plutot moqueries,se sont surtout des jeunes, qui osent ces grossieretées, à la limite de l’insulte.
    ET ce qui me desespaire c’est que des jeunes femmes puissent rire de ces attaques contre  » elles-meme  » SOIT elles veulent faire plaisir à quelques uns, soit elles n’ont pas compris la porté de ces attaques misogynes, soit ça meur fait plaisr de glousser bétement sur des sujets tout de meme grave; dont elles n ‘ont pas conscience. ET là c’est vraiment trés sérieux car elles n’ont pas conscience du sujet.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Emilie D.
    17 février 2013

    Je me pose le même genre de questions chaque fois que des jeunes femmes défendent des actes sexistes et misogynes. A Sciences Po Bordeaux, grande école française, une équipe masculine de volley a pour nom « les violleyeurs », jeu de mots composé autour de viol et de volleyeurs.

    Lorsque plusieurs personnes ont pointé du doigt le mauvais goût de ce nom, d’autres, dont de nombreuses jeunes femmes, ont fait valoir l’humour, la dérision. Elle ont d’ailleurs souligné qu’une équipe féminine de volley de la même école a pour nom « mi putes, mi soumises » (référence à l’association « ni putes, ni soumises », formée après qu’une jeune femme a été brûlée vive par son ex-petit ami en colère, dans une banlieue parisienne).

    Ce sont d’autres exemples d’appropriation de ces « codes misogynes humoristique » par des femmes dont je ne sais que penser…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Manou Sénécal
    6 mars 2013

    Lorsque je me sens piéger par une blague qui a pour but de me faire réagir, j’utilise la règle du déséquilibre… Si tu pousse je tire et si tu tire je pousse. Ce qui se résume à dire comme eux et même d’en ajouter d’un air sérieux. Chaque fois ça donne le même effet, je les jette a terre. Ça me fais sourire chaque fois.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Emilie D.
      10 mars 2013

      Je trouve que c’est une excellente idée. Quand je ne veux pas répondre à une question que je juge embarrassante, j’utilise l’ironie, la dérision, l’exagération, pour répondre sans répondre à la question. Je pense que ça peut être un bon moyen de se sortir d’une situation où on est mal à l’aise.

      Après, j’ai toujours du mal avec les blagues qui font rire tout le monde… sauf moi. Si je dis quelque chose, je « casse l’ambiance » et je passe pour la râleuse de service. Si je ne dis rien, je m’en veux.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • tetenlaire
    7 mars 2013

    MANOU,
    Etes vous sure!! que cette règle soit bonne ?? ETES-vous rééllement « que si tu tires je pousse » soit LA bonne solution ? et que à la fin du fin cela ne se retourne pas, encore une fois contre VOUS!
    CAR les balourds, grossiers !! se font toujours plaisirs à démonter l’humout féminin!!

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Manou Sénécal
    7 mars 2013

    Tetenlaire, Je crois qu’il n’y a pas de solution unique et définitive. Alors La bonne solution, NON, une bonne solution par contre OUI.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • laura
    9 mars 2013

    moi, j’ai tendance a me sentir profondement agressée par les blagues sexistes, au point d’avoir envie de pleurer ou de frapper la personne qui les profere. je trouve cela tellement bete et arriéré en fait…

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Emilie D.
      10 mars 2013

      C’est d’autant plus difficile d’accepter une blague sexiste quand on ne sait pas ce que pense vraiment la personne qui la fait. Et ça devient carrément frustrant quand on ne peut rien dire parce que cette personne est notre patron/patronne/client/cliente/professeur/professeure…

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mira
    13 avril 2013

    Je suis comme vous, les blagues sexistes me blessent.

    Mais en vieillissant, j’ai appris à le cacher, à rigoler et à la retourner pour humilier (en riant) celui qui l’a dit. Je lâche pas et l’humoriste n’a pas le choix d’encaisser puisque j’ai le sourire aux lèvres et que  »je blague » moi aussi.

    J’ai une phrase ou blague pour à peu prêt toutes les joks.

    Sachez que les humoristes sexistes ont un très mauvais sens de l’hunour quand on les piège, surtout s’il y a un public.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Sara
    2 septembre 2013

    J’ai le même questionnement que toi Émilie D.! Souvent j’entends des répliques qui me font sursauter, et chaque fois je me dis que « Je ne veux pas ici renforcer le stéréotype de la féministe qui n’a aucun humour. »… Mais si je ne trouve pas de façon humoristique de répondre, je vais exprimer mon opinion quand même, parce que je ne veux pas rester sur ma frustration!

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Pingback: L’humour est une arme |
    5 avril 2015
  • Pingback: cahier d’enervements #4 |
    3 septembre 2015
  • SébastienLeLycéen
    8 mars 2016

    Moi je l’ai trouvé encore plus drôle la blague en commençant par « un homme voit sa femme accoucher… »! ?
    Néanmoins je suis d’accord, on a le DROIT de ne pas rire de quelque-chose, tout en ayant bien entendu de l’humour. Mais ce qui m’exaspère ce sont les personnes qui ne comprennent pas que l’on partage leur opinion, et qui, comme poussées par un élan d’indignation, se mettent à nous faire la morale, alors je n’estime devoir rendre aucun compte à ces personnes qui ne comprennent pas que nous ne pensons rien de ce que nous disons dans nos blagues.
    En résumé, je pense donc que l’on a effectivement le droit de ne pas trouver quelque-chose drôle, mais je trouve injure de faire la morale aux gens sans savoir quel est réellement leur opinion.
    Donc veillez juste à penser à cela avant de critiquer quelqu’un : est-ce que vous avez réellement compris le sens et le fond de sa blague? Ou êtes vous simplement parti tête baissée dans votre raisonnement féministe sans chercher à savoir ce que cette personne pensait?

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Daniel Jackson
    27 mai 2016

    Bonjour, je ne fais pas d’humour envers les blondes où les femmes en général, même si je ris volontiers lorsque j’entends une bonne blague de ce genre. Ce n’est pas mon truc.

    Par contre, je fais de l’humour raciste avec mes potes musulmans, car ils ont été les premiers à faire de l’auto-dérision et faire des pieds de nez à tout ces clichés. Ils n’en pensent pas un mot, je n’en pense pas un mot, et nous nous respectons mutuellement avec une franche camaraderie. Pour nous, ce type d’humour est une manière de s’approprier les différences qui autrement pourraient nous diviser. Indirectement, via les blagues, nous abordons ce sujet sensible et nous construisons un respect mutuel en nous appropriant ces préjugés et en les détournant. De manière tacite, nous nous indiquons l’un à l’autre que nous sommes au dessus de ces conceptions débiles précisément en les tournant en ridicule. Personnellement, et je tiens à mettre l’emphase là dessus, je trouve ça beau.

    Par exemple, l’un deux vient me chercher en voiture avant une soirée et m’assure avec un grand sourire quand je rentre dans la caisse « qu’il n’a pas volé la voiture j’te jure ». Nous rions ensemble à l’absurdité de cette suggestion.

    L’humour peut être une arme, je pense d’ailleurs que si tout le monde avait un peu d’autodérision, il y aurait bien plus de paix sur terre.

    Tout ça pour dire, je pense que l’on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui. Si certains sujets sont sensibles ou blessants pour certaines personnes, il faut respecter leur opinion et éviter de faire de l’humour à ce sujet. Si j’avais un tant soit peu le sentiment de blesser mes amis (ou amies) avec mon humour, je cesserais instantanément. C’est aussi simple que ça. Vivons dans le respect mutuel.

    Cela étant dit, je défends ma liberté de vanner les femmes, les arabes, les homosexuels, les blancs, les gros, les petits, les noirs, les rouges, les verts, les bleus et les jaunes.

    Cela ne m’empêche pas d’être féministe et de croire au vivre ensemble, d’être un fervent partisan du mariage pour tous et de tous les combats sociaux qui cherchent à établir l’égalité entres les hommes et les femmes. Egalité de droits, égalité de salaire, égalité de devoir, tout ça me semble aller de soi.

    Bien entendu, je ne minimise pas la souffrance que le sexisme ou le racisme engendre jour après jour et je compatis avec les victimes. Je considère simplement qu’il ne faut pas tout mélanger. Certaines personnes sont sexistes ou racistes et l’expriment en partie via l’humour. D’autres ne le sont pas et « évacuent » ces considérations puériles via l’humour, mettre tout le monde dans le même sac relève d’une forme de racisme et d’étroitesse d’esprit aussi.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

Post a Comment