Le mythe toxique du « plan cul »

« Avec lui/elle ce n’est que du cul », « ce n’est qu’un “plan cul” sont des phrases que j’ai abondamment entendues. J’en ai toujours été secrètement affectée, y compris lorsque ça ne me concernait pas et sans forcément comprendre pourquoi. Je tente ici une explication. « Plan cul » serait une expression qui neutraliserait le sexe en tant que force subversive et qui continuerait de l’enfermer dans une forme de dévaluation du sexe et des relations hors du couple monogame.

 

Le « cul” » de « plan cul » semble signifier que l’on sait très bien ce que c’est que le sexe.  « Plan » laisse suggérer qu’on sait très bien comment faire pour qu’une relation reste bien tranquille dans cette catégorie. Ces deux mots, pour moi, fonctionnent à la manière d’une formule magique qui isolerait certains types de relations du monde dangereux des émotions. De celles qui nous perturbent et nous altèrent. Designer une relation comme un « plan cul », c’est l’étiqueter avant usage afin de n’être pas perturbée par elle. Le cul dans ce contexte deviendrait une activité quasi neutre, potentiellement fade, vidée de tout affect. Et en déconnectant le sexe de l’émotion, on le vide de sa substance.

 

Deux peaux qui se rapprochent : cela peut (et même quelque part cela devrait) être très beau. Quelles qu’en soient les modalités. Que ce soit pour un soir. Pour deux semaines. Pour des cinq à sept ou pour des soirées télé/galipette à l’occasion. Ou pour la vie. « Plan cul » semble être une façon volontariste de faire en sorte que ce genre de beauté n’advienne pas. Il ne s’agit pas de plaider en faveur de l’engagement, ni dans la durée, ni même dans l’instant. Pour moi, le problème est au contraire la valorisation implicite du couple monogame. Tout ce qui en sort, nous avons des difficultés à le penser, et il nous faut alors une catégorie. L’expression « plan cul » remplit cet office.

 

Pour moi, elle ne tombe pas de nulle part. « Plan cul », ce n’est que la face immergée d’un iceberg derrière lequel se cache la vieille opposition épouse/putain. L’opposition plan cul/couple ou plan cul/ amour laisse suggérer que cette opposition millénaire a de beaux jours devant elle. On voudrait toujours séparer les relations sexuelles et affectives en deux. Auparavant, il s’agissait de savoir si la personne avec qui on couchait était susceptible d’être notre époux-se. Dans notre société qui voue maintenant une forme de culte au couple romantique monogame, il s’agit surtout de savoir si on aime les personnes avec qui on couche. « Plan cul » et « putain » sont les deux faces d’une même médaille, celle qu’on donne aux recalés de la vraie relation.

 

Derrière l’expression « plan cul » sommeille une menace. Celle de n’être que ça. Un plan cul. Une personne que l’on baise, mais qu’on n’aime pas plus que ça. Voire que l’on n’aime pas du tout. Avec qui on ne veut partager que ça, que du sexe. Pourtant, sorti de la norme du couple monogame, partager du bon sexe avec quelqu’un et seulement ça, ça peut être un vrai cadeau, y compris si on ne projette rien avec cette personne, y compris si l’on n’a pas de sentiment amoureux.

 

Dévaluer ce genre de relation potentiellement très riche et/ou intense avec le vocabulaire d’entreprise dont semble être sortie la belle expression « plan cul » est pour moi extrêmement toxique et appauvrissant. On salit un tas de relations qui deviennent des relations de dépit et non de plaisir partagé. On salit le sexe et ses potentialités folles à lier les corps et les humains ensemble.

 

Alors, par pitié, laissons les relations être ce qu’elles sont. Laissons-nous nous affecter. Ne sacralisons pas le sentiment amoureux, mais laissons-le circuler dans les couples monogames, adultères, polyamoureux, libertins, entre les amis, les collègues, les inconnus, les personnes rencontrées dans des cafés, sur des sites internet, à des séminaires d’entreprises. La notion de « plan cul » ne fait pas honneur aux capacités folles de créativité dont dispose l’être humain pour se connecter aux autres.

10 Comments

  • Larissa
    18 juin 2018

    Merci pour ce bel article !
    Sa lecture libère et peut donner à reflechir.
    Les choses y sont dites simplement et elles frappent avec la force de l’évidence.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Mia
    19 juin 2018

    Que c’est creux et comme il est évident que couper un cheveu en 8 semble vous donner satisfaction.
    A se demander si vous ne manquez pas de plan cul en ce moment…
    dans ce monde déjà si prétentieux, mettre le moindre mot au bûcher sous prétexte de défense de la cause féministe est selon moi un plongeon évident vers la dictature, et une entrave certaine à la fameuse ouverture d’esprit à laquelle vous semblez tant tenir.
    Voilà ce qui nous arrive dans cette Belle Époque, et en France on adore ça: monter sur les barricades sans fondement.
    Et donc passer pour des cons.
    Et desservir les causes.
    Je suis une femme, au fait.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Daniela Escobar
      19 juin 2018

      « À se demander si vous ne manquez pas de plan cul en ce moment…? « .Le plan cul serait dès lors , selon vous, indispensable au bon fonctionnement de notre société ? Vive les féministes auxquelles nous devons toutes les libertés acquises, y compris celui de ne pas avoir de rapport sexuel si on n’en a pas envie ou si on n’a pas la chance de rencontrer quelqu’un avec qui on en aurait envie. Ah! Et oui, je suis une femme, comme vous et je ne me suis pas privée de m’envoyer en l’air quand j’en avais envie et j’ai réalisé que le sexe sans affect est une illusion.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Isabelle KLEIN
    19 juin 2018

    Ah c’est vrai que c’est vraiment le truc à faire d’interpeller directement les gens sur leur vie sexuelle quand on est pas d’accord avec leur analyse.. Elle va très bien merci de t’en inquiéter, elle va beaucoup mieux depuis que je cherche plus à séparer ou à relier d’autorité cul et amour. Elle va beaucoup mieux depuis que j’assume à quel point ça me fait chier de mettre des étiquettes aux relations.
    Je n’interdis à personne d’utiliser le terme « plan cul », donc fais toi plaisir. Si c’est comme ça que tu en prends. Mais évidemment que les mots sont importants. Si tu confonds bûcher et proposition de lecture, c’est que le principe de la nuance t’es étranger.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Yves
    19 juin 2018

    Tant que cette promotion de la liberté sexuelle n’affecte pas ses proches. Il n’en est pas question dans cet article, ni même de la difficulté psychique pour certain(s)s de déconnecter cul et amour.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Isabelle KLEIN
      19 juin 2018

      La question de concilier les libertés individuelles est une grande question à laquelle je ne répond effectivement pas dans cet article. La liberté individuelle affecte nécessairement les proches. Pour moi, il ne s’agit pas de le nier mais de voir ce qu’on peut faire avec cette réalité. Concernant les personnes qui ne parviennent pas à séparer cul et amour, je ne propose pas de solution mais émet simplement l’idée que faire totalement l’inverse (prétendre qu’ils sont absolument séparés) est contre-productif.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • momoshima
    19 juin 2018

    Comment appellerions nous une relation suivie entre 2 personnes consententes qui ont des rapports sexuelles libre de tout engagement de fidélité en sachant que ces personnes sont attirés l’un l’autre : ils se sont choisis pour partager ces moments (donc il y a affect)?
    Hormis la denomination un peu péjoratif de « plan cul », le fonctionnement d un plan cul constitue bien un pied de nez au sacro saint concept de relation monogame.
    Il n y a pas de sexe sans affect, sans entreprise de seduction et d attirance mutuelle. Sans cela, il n y a pas consentement et ca s apelle viol et si tarifé, prostitution.
    Qd on apelle le label « plan cul », c est souvent une protection contre une forme de surinvestissement dans une relation qui conduit parfois a de la dependance affective.
    On se libere de ces ecueils grace au plan cul… Qui peut devenir ou pas amour.
    A force de tout vouloir deconstruire sous le prisme de lutte contre le patriarcat, on tient des avis parfois biaisé et c est bien dommage.

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

    • Isabelle KLEIN
      19 juin 2018

      Comment appeller des relations sexuelles entre deux personnes consentantes sans exigence de fidelité ? Je sais pas des amants, des friends with benefits, des amis, des aventures, des rencontres qui durent, des partenaires, des (poly)amoureux, des libertins, . Il y a plein de possibilités. Plan cul me semble juste la plus triste dénomination possible. Celle qui se contente de séparer cul et amour de manière binaire sans envisager les myriades de possibilités qu’ils ont de s’agencer.
      Le plan cul, un pied de nez au couple monogame ? Pourquoi pas. Mais je ne suis de toute façon pas certaine qu’il y a des choses absolument subversives et d’autres qui ne le sont pas.
      Mon avis reste un avis. Il est évidemment biaisé comme tous les avis, puisque nous sommes limités par l’expérience que nous avons de la vie et les cadres de références dont on se sert pour avoir la meilleure vie possible, se connecter, comprendre et améliorer le monde.

      [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

  • Agnès
    19 juin 2018

    Merci pour cet article. Je n’apprécie pas les étiquettes et « plan cul » en est une. Étriquée.

    Je ne baise jamais. Je fais toujours l’amour. Durant la rencontre avec mon partenaire, même si le focus est sexuel, je le rencontre avec mon sexe, mon coeur et mon âme. Cela crée une belle intimité et une intensité. Le sexe limité aux organes sexuels n’est qu’une fraction de son potentiel et ce serait tellement triste de rester cantonné là.

    Au delà de la rencontre/ des rencontres successives , il n’y a pas nécessairement /systématiquement de relation, d’echanges.
    Comme un rituel qui s’ouvre et se clôt et se vit au présent.

    Des plans culs? Je n’en sais rien mais le terme ne me convient pas.

    Merci d’avoir ouvert le débat

    [Commentaire hors-sujet? Abusif? Spam?]

Post a Comment